Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Travail, identité, vie professionnelle

Travail, identité, vie professionnelle

Publié le 12/12/2006
Auteur(s) : Hélène Garner
Dominique Méda
Claudia Senik
Pascal Le Merrer
Quelle est la place du travail dans les identités ? L'enquête Histoire de vie permet de mettre en évidence la place qu'occupe le travail parmi les différents éléments constitutifs de l'identité des personnes ainsi que l'importance relative que celles-ci lui accordent. Si 40 % des personnes interrogées et 54 % des actifs jugent que le travail est l'un des trois éléments qui «leur correspondent le mieux, qui permettent de les définir», il vient en seconde position loin derrière la famille. 7 % des personnes interrogées considèrent le travail comme l'élément principal de leur identité et 60 % des enquêtés ne citent pas le travail parmi les trois thèmes d'identification. Les deux tiers des actifs en emploi indiquent que pour eux «le travail est assez important, mais moins que d'autres choses».

Le document du mois de décembre présente l'article rédigé par Hélène Garner, Dominique Méda et Claudia Senik : "La place du travail dans les identités" paru dans Economie et Statistique : "Histoires de vie" N°393-394, 2006

Présentation de l'article

place du travail dans les identités"L'enquête Histoire de vie permet de mettre en évidence la place qu'occupe le travail parmi les différents éléments constitutifs de l'identité des personnes ainsi que l'importance relative que celles-ci lui accordent. Si 40 % des personnes interrogées et 54 % des actifs jugent que le travail est l'un des trois éléments qui «leur correspondent le mieux, qui permettent de les définir», il vient en seconde position loin derrière la famille. 7 % des personnes interrogées considèrent le travail comme l'élément principal de leur identité et 60 % des enquêtés ne citent pas le travail parmi les trois thèmes d'identification. Les deux tiers des actifs en emploi indiquent que pour eux «le travail est assez important, mais moins que d'autres choses». Deux effets semblent à l'oeuvre dans le fait que le travail semble concurrencé par d'autres activités, domaines de vie ou valeurs : l'un lié au travail et à ses conditions d'exercice, susceptible d'expliquer notamment la position de «retrait» des professions intermédiaires, des employés et des ouvriers, l'autre, extérieur au travail, qui met en évidence la concurrence objective dans laquelle se trouvent vie professionnelle et vie familiale, notamment pour les femmes. Les immigrés et les individus issus de l'immigration, surreprésentés dans l'enquête, développent par rapport au travail une position que ces deux effets ne suffisent pas à expliquer".

Hélène Garner appartient à la Mission Animation de la Recherche de la Dares et Claudia Senik à PSE et à l'Université de Paris-IV. Dominique Méda était, au moment de la rédaction de cet article, responsable de la Mission Animation de la Recherche ; elle est actuellement chercheur au Centre d'études de l'Emploi.

L'article : "La place du travail dans les identités" (format pdf).

Pour prolonger la réflexion sur le thème vie professionnelle et vie familiale, voici deux articles rédigés par Hélène Garner, Dominique Méda et Claudia Senik :

Voici un article sur un autre sujet, celui de la perception des inégalités rédigés par Claudia Senik qui complète utilement ce dossier en montrant l'intérêt pour des travaux qui cherchent à mieux identifier les fondements subjectifs de l'attitude des agents vis-à-vis de questions économiques et sociales :

L'article paru dans la Revue économique, 2006/3 (no 57), p 645 à 653 : "Ambition et Jalousie. La perception du revenu d'autrui dans la "vieille Europe", la "nouvelle Europe" et les Etats-Unis" (format pdf).

Enfin vous pouvez consulter les textes mis en ligne sur les pages personnelles de Dominique Méda et de Claudia Senik

 

Pascal Le Merrer pour SES-ENS

Mots-clés associés :