Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Quelques questions à Sébastien Jean au sujet de la "démondialisation"

Quelques questions à Sébastien Jean au sujet de la "démondialisation"

Publié le 03/10/2017
Auteur(s) : Sébastien Jean
Anne Châteauneuf-Malclès
Sommes-nous à l'aube d'une ère de démondialisation ? Pour le directeur du CEPII, le ralentissement des échanges depuis la crise de 2008 ne sonne pas le glas de la mondialisation mais indique plutôt un retour à la normale du commerce mondial, qui croît désormais au même rythme que le revenu. Il n'en demeure pas moins que la réalité de la mondialisation n'est plus la même que celle qui prévalait avant la crise. Le monde est désormais multipolaire, ce qui ne va pas sans poser problème au cadre institutionnel international hérité de l'après-guerre.

Cette ressource fait partie de notre dossier : CEPII - L'économie mondiale 2018.

Sébastien Jean est directeur du CEPII et directeur de recherche à l'INRA. Il est l'auteur du chapitre IV "La démondialisation n'aura pas lieu", publié dans L'économie mondiale 2018 (CEPII, La Découverte, coll. Repères, septembre 2017).

1) Après la crise économique et financière de 2008 s'est produite une rupture de tendance dans la croissance des échanges internationaux. Celle-ci pouvait être interprétée comme le signe, au-delà des effets conjoncturels de la crise, d'un ralentissement durable voire une fin de la mondialisation. La tentation de repli de certains États (Brexit, protectionnisme de Donald Trump) semble aussi aller dans ce sens. Pourtant, vous affirmez que "la démondialisation n'aura pas lieu". Pourquoi ?

Cette négation peut en effet paraître paradoxale, dans un contexte où il est tentant d'extrapoler les évolutions récentes pour y déceler les prémices d'une démondialisation. Mais si le commerce international a ralenti, il continue malgré tout à croître à peu près au même rythme que le PIB, au niveau mondial, ce qui est conforme aux prédictions de la théorie économique (graphique 1). C'est certes beaucoup moins rapide qu'avant la crise – il avait crû deux fois plus vite pendant les quinze années qui avaient précédé –, mais cela donne un taux d'ouverture constant, et non pas décroissant (graphique 2). Ce retour à la normale de la croissance du commerce mondial a deux explications majeures : le rééquilibrage de l'économie chinoise vers son marché intérieur après une phase exceptionnelle de croissance extravertie ; l'épuisement de la dynamique d'allongement des chaînes internationales de valeur qui avait contribué à l'accélération des échanges internationaux dans les années 1990 et 2000.

De même, dans la finance, les flux financiers internationaux ont ralenti et les créances à l'étranger des banques ont diminué en proportion du revenu mondial. Mais ces phénomènes reflètent avant tout le désengagement international des banques européennes, d'abord vis-à-vis des États-Unis après la crise de 2008, puis entre le Nord et le Sud de l'Europe en réponse à la crise des dettes souveraines en zone euro à partir de 2011. Dans le même temps, les opérations de marché à l'échelle internationale, adossées principalement à des émissions obligataires, souveraines ou privées, se sont considérablement développées, engageant surtout des établissements financiers non bancaires.

En somme, la période qui a précédé la crise financière apparait aujourd'hui comme exceptionnelle, sa fin a marqué une rupture, mais cela ne signifie pas que les interdépendances économiques internationales refluent massivement. Un tel reflux serait de plus extrêmement coûteux, tant certains des ressorts de la mondialisation sont irréversibles à court terme, que ce soit les IDE ou la fragmentation internationale des processus productifs qui a considérablement augmenté le contenu en importations des biens produits sur un territoire. Ajoutons qu'avec l'essor du numérique, le changement technologique est un facteur d'intensification des liens internationaux, au-delà des seules interactions économiques.

2) Pas de démondialisation, mais pas de retour en arrière pour autant. La crise a profondément modifié le contexte économique et les attitudes politiques à l'égard de la mondialisation. Quels sont les grands points de rupture et les nouvelles réalités de l'économie mondiale ?

La crise a marqué la fin d'une époque et mis à nu les déséquilibres massifs et les risques excessifs sur lesquels s'était appuyée la croissance dans les années qui avaient précédé. Même si tous les excès sont loin d'être purgés et si les nouvelles trajectoires ne sont pas toujours soutenables, la crise laisse des traces profondes en termes économiques, comme en atteste le ralentissement brutal de la croissance. Du coup, les regards portés sur la mondialisation changent et se focalisent sur ses effets secondaires, avec beaucoup d'interrogations autour des effets potentiellement déstabilisants d'une ouverture financière incontrôlée, des conséquences du commerce sur les inégalités, et enfin de l'impact de l'immigration.

Cette situation est d'autant plus génératrice de tensions que l'économie mondiale n'est plus comme jadis dominée par un petit groupe d'économies occidentales (les pays riches de l'OCDE) : elle est désormais multipolaire, les pays émergents y occupant une place centrale. La Chine est devenue le premier exportateur mondial de marchandises depuis 2009 et la première économie mondiale en 2014 si on se réfère aux PIB en parité de pouvoir d'achat. La part des pays riches de l'OCDE dans le PIB courant mondial et les exportations de marchandises (hors énergie et extraction) est ainsi passée de 80% au début des années 1980 à moins de 60% en 2015 [1]. Il n'y a donc plus un leader fort jouant un rôle structurant, comme ont pu le faire les États-Unis après la chute du Rideau de fer. Les rapports de forces sont plus équilibrés, mais aussi plus complexes. 

3) Faut-il réformer les grandes institutions supranationales héritées de l'après-guerre (FMI, OMC, Banque mondiale) pour s'adapter à ces évolutions de l'économie mondiale et des relations internationales et au final promouvoir une mondialisation plus harmonieuse ?

L'ampleur des changements à l'œuvre laisse peu de doute sur la nécessité de mettre à jour un cadre institutionnel international hérité pour l'essentiel de la fin de la Seconde Guerre mondiale. On a pu croire un moment qu'une telle mise à jour était amorcée, avec le lancement du cycle de négociations commerciales multilatérales de Doha en novembre 2001, la coordination entre leaders du G20 instituée en 2008 ou le projet de réforme de la gouvernance du FMI négocié en 2010. Mais ces amorces ont fait long feu, buttant à chaque fois sur la réticence de certaines puissances de premier plan.

Au fond, la réforme des institutions est plus difficile encore que la création de nouvelles, car il s'en trouve toujours parmi les acteurs de poids qui s'accommodent très bien de l'existant. Il faut pourtant impérativement faire face aux défis qui sont souvent communs, qu'on le veuille ou non – le climat en est l'exemple type. Pour cela il faudra probablement avancer pas à pas, sans compter sur une grande réforme des institutions, mais en faisant preuve de pragmatisme.

Propos recueillis par Anne Châteauneuf-Malclès.

Graphique 1 : Taux de croissance du PIB en volume et des exportations de biens et services (monde) 1980-2016 (%)

graphique variation du PIB des exportations mondiales 1980-2016

Source : Base World Economic Outlook, FMI, avril 2017
Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Graphique 2 : Taux d'ouverture mondial 1980-2015
(exportations de biens et services en % du PIB mondial)

graphique évolution du taux d'ouverture 1980-2015 (monde et monde sans Chine)

Source : Base de données Chelem, CEPII.
Cliquez sur le graphique pour l'agrandir


Pour aller plus loin

Les défis de l'économie mondiale en 2018, Blog du CEPII, 14/09/2017 : interview filmée de Sébastien Jean par Thibault Lieurade (Xerfi Canal).

S. Jean, "La fin du libre-échange a-t-elle sonné ?", Blog du CEPII, 27/02/2017.

S. Jean, "Le ralentissement du commerce mondial : une rupture structurelle porteuse d'incertitudes", Question d'Europe n°421, Fondation Robert Schuman, 13/02/2017.

S. Jean, "La croissance du commerce mondial en deçà des attentes de l'OMC. Comme prévu !", Blog du CEPII, 29/09/2016.

S. Jean et F. Lemoine, "Ralentissement du commerce mondial : vers une nouvelle ère de la mondialisation ?", in L'économie mondiale 2016, La Découverte, collection Repères, 2015.

S. Jean, "Le ralentissement du commerce mondial annonce un changement de tendance", La Lettre du CEPII n°356, septembre 2015.

Sur SES-ENS, voir notamment :

Les évolutions du commerce international, interview de Sébastien Jean, vidéo réalisée pour le MOOC "C'est quoi l'éco ?", mise en ligne 17/03/2017.

Faut-il craindre le retour du protectionnisme ?, interview de Sébastien Jean, 24/01/2017.

Quelques questions à Sébastien Jean sur l'histoire des mondialisations commerciales, interview de Sébastien Jean, 19/09/2016.

L'évolution de l'ouverture commerciale de 1827 à 2014, Stats à la une, 23/09/2016.

Les mutations du commerce international (1967-2013), présentation pour l'atelier animé par Sébastien Jean lors des Jéco 2015.

Graphiques L'économie mondiale 2016 : Croissance, emploi et commerce extérieur - Les émergents, 29/09/2015.

Note

[1] Source : base de données Chelem du CEPII.

Mots-clés associés :