Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles

Ressources

vignette-defaut.jpg
Vers une théorie économique positive de l'indécision

01/10/2004

Présentation de la thèse d'Eric Danan (Hong Kong University of Science and Technology - Department of Economics Clearwater Bay) qui a obtenu le Prix de thèse au 53ème congrès de l'AFSE.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Le 53ème Congrès annuel de l'AFSE

01/10/2004

Ce dossier propose une présentation des travaux récompensés lors du 53ème congrès de l'AFSE.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Essai sur la sélection d'équilibres en théorie des jeux

01/10/2004

Présentation de la thèse d'Olivier Tercieux (Tilburg University, Pays Bas), qui a obtenu une mention spéciale au 53ème congrès de l'AFSE. Nous vous proposons ici un extrait du résumé de sa thèse, également disponible en version complète en téléchargement.

Lire la suite…

La Convention et la réforme des institutions européennes

04/09/2003

L'idée d'une Union "fonctionnaliste", avançant inéluctablement par l'engrenage de "solidarités de fait", est morte avec la naissance de la monnaie unique. Oxymore vivant, l'Union européenne repose depuis le 1er janvier 2002 sur une démocratie privée, un marché souverain et une force impuissante. Sans surprise, c'est la règle plus que le choix qui ordonne des pans entiers de cette vaste vacuité politique. Les premières propositions de la Convention, présentées le 28 octobre 2002 dans un avant-projet de traité constitutionnel, ont opportunément suivi de quelques jours l'adoption du calendrier de l'élargissement au sommet de Bruxelles (24 et 25 octobre). Elles constitueront le cadre dans lequel ce chapitre tentera d'inscrire les grands enjeux de l'avenir institutionnel de l'Union élargie.

Lire la suite…

Le Pacte de stabilité et de croissance

04/09/2003

L'année 2002 a vu se multiplier les tensions et polémiques entre autorités européennes et nationales autour des orientations budgétaires, faisant clairement apparaître les limites et les graves défauts de conception des règles de politique budgétaire dans la zone euro. Face à ces débordements, la mise en échec, par les plus grands pays, du dispositif d'encadrement des finances publiques nationales dans la zone euro oblige à s'interroger sur sa pérennité. Faut-il tenter, comme le fait la Commission, d'appliquer coûte que coûte une règle manifestement intenable? Doit-on, à l'inverse, abandonner toute velléité d'imposer des règles aux politiques budgétaires nationales? Ne conviendrait-il pas, si l'on s'accorde sur la nécessité d'assurer une certaine discipline budgétaire aux États membres, de réformer le PSC, pour remédier à ses principaux défauts et rendre enfin crédible sa mise en œuvre?

Lire la suite…

La position de la France en Europe

04/09/2003

La France s'est relativement appauvrie de 1992 à 2000, mais c'est essentiellement de 1992 à 1997 que sa situation s'est dégradée. Depuis, sa position a plutôt tendance à s'améliorer. Sur cette période, d'aucuns verront ici le résultat d'un policy mix particulièrement inadapté et anormalement restrictif. Pour d'autres, cet appauvrissement relatif est la conséquence d'un niveau de prix plus élevé en France que chez nos partenaires européens. Enfin, pour d'autres encore, les causes sont à chercher sur le marché du travail, son fonctionnement pouvant expliquer les écarts de productivité du travail et de taux d'emploi entre les différents pays. Quelle est la mesure la plus fiable pour comparer les PIB par habitant, sachant qu'il existe des disparités importantes en termes de calcul de prix relatifs et de paniers de biens entre pays? Quels sont les facteurs qui peuvent expliquer l'appauvrissement relatif de la France au sein de l'Union européenne?

Lire la suite…

La Banque centrale européenne et l'euro

04/09/2003

Les statuts de la BCE et les conditions économiques qui ont présidé à sa création ont pesé lourdement dans la définition de ses références. L'objectif d'une croissance annuelle des prix à la consommation de la zone euro inférieure à 2 % signifie aussi l'exclusion d'une inflation négative. Depuis novembre 2001, et ce jusqu'à la mi-novembre 2002 au moins, la rigidité des taux directeurs dans la zone euro révèle la volonté manifeste de la BCE de ne pas peser sur l'activité économique. Pourtant, en comparaison avec les États-Unis, il existait en Europe des marges de manœuvre pour mener une politique monétaire plus accommodante. Les tergiversations de la BCE pourraient-elles être la base de la confiance limitée qui lui est accordée ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Institutions européennes : le traité de Nice et le débat sur le modèle fédéral

15/05/2003

Comment faire fonctionner à trente un organe de décision dont les choix doivent faire preuve de réactivité ? Ne convient-il pas d'en faire une institution véritablement fédérale et de regrouper les représentations nationales, à l'instar de la Réserve fédérale américaine, où il n'y a, pour les cinquante et un États fédérés, que douze banques centrales régionales ? Et comment déterminer l'orientation de la politique monétaire commune ? Si la règle actuelle, non explicite, semble être celle d'une voix par pays, indépendamment de la taille, la participation de nouveaux membres, pour la plupart de faible poids économique, plus pauvres que la moyenne et, probablement, plus inflationnistes, devrait inciter à revoir le processus décisionnel.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
La prime pour l'emploi

15/05/2003

En 2001, le gouvernement a décidé de créer une prime pour l'emploi. C'est une date importante pour le système fiscalo-social français, puisqu'apparaît un nouvel instrument, relativement original. Il poursuit deux objectifs : augmenter le niveau de vie des travailleurs pauvres ; inciter les personnes peu qualifiées à la reprise d'un emploi. Ces objectifs peuvent-ils être atteints avec un seul instrument ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Le retour au plein-emploi ?

15/05/2003

Le chômage a diminué de 1997 à la mi-2001 en France et dans la zone euro (respectivement 3,5 et 3,2 points). Cette forte décrue a montré qu'un chômage élevé n'est pas nécessairement une fatalité européenne, tandis que les États-Unis bénéficieraient d'un taux de chômage faible. Les aléas conjoncturels intervenus depuis ont tempéré les espoirs de croissance en Europe. Cependant, le jugement porté sur les perspectives de moyen terme ne doit pas être excessivement influencé par la situation économique de départ. Ni l'optimisme de 2000, ni le pessimisme de la fin 2001 ne sont de bons points d'appui pour discuter des conditions du retour au plein-emploi.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Le partage de la valeur ajoutée

15/05/2003

L'équilibre entre salaires et profits est complexe à déterminer et il n'existe pas de consensus sur les déterminants de ce partage. Le partage de la valeur ajoutée "devrait être stable" nous dit-on, déterminé par des paramètres fondamentaux de l'économie, fluctuant éventuellement autour d'une valeur d'équilibre presque immuable. Pourtant, l'histoire économique récente des pays européens, et de la France en particulier, dément cette vision simple.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Les 35 heures

13/05/2003

À partir des données sur l'économie française, il est déjà possible de mettre en exergue certains signes de diffusion des 35 heures dans l'économie. Amorcée à la mi-1997, la décrue du chômage s'est effectuée au rythme d'environ 0,6 point par an. Ce rythme s'est accéléré depuis la mi-1999 et a atteint 1 point par an au début de l'année 2000. La croissance de l'emploi est supérieure aux rythmes atteints depuis 1985. Mais quel bilan de cette mesure peut-on déjà dresser ? Qu'en attendre à long terme ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Réforme de la fiscalité

13/05/2003

Toute réforme fiscale doit prendre en compte la contrainte macroéconomique et répondre à des objectifs. Le gouvernement doit déterminer la part des recettes fiscales utilisées pour, respectivement, diminuer les prélèvements, augmenter les dépenses publiques et améliorer le solde. Les objectifs d'une réforme fiscale peuvent être divers, et éventuellement contradictoires.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Perspectives de la dette publique française

13/05/2003

Compte tenu de l'écart entre le taux de croissance des recettes (2,4% par an) et des dépenses primaires (2,1% par an), le solde primaire s'améliorerait nettement et serait excédentaire de 4,3% du PIB en 2020. La dette publique pourrait alors s'annuler à l'horizon de 2020 du fait des excédents accumulés pendant plusieurs années. Mais les limites d'un tel exercice tiennent au fait qu'il extrapole sur 20 ans le rebond des trois dernières années. L'économie française connaîtra-t-elle une croissance "à l'américaine", ou sera-t-elle bridée par des blocages structurels ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Réformes structurelles et politiques macroéconomiques

13/05/2003

Chaque expérience de pays est singulière. Elle s'inscrit dans une tradition, une culture, un système anthropologique spécifiques. Elle est comme un précipité qui résulte de la combinaison d'éléments chimiquement purs dont le nombre, la qualité et la pondération sont déterminés par l'histoire du pays. Importer l'un de ces éléments, pour le mélanger à d'autres, provenant d'une histoire différente, ne pourra jamais donner le même précipité. Mais comment ou auprès de qui trouver la recette alchimique qui aboutit au succès macroéconomique ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Un indicateur avancé pour la zone euro

13/05/2003

Un indicateur avancé permet d'apprécier en termes quantitatifs la conjoncture récente et fournit un point de départ pour la prévision.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Le nouveau système de comptabilité nationale en France

12/05/2003

Les comptes nationaux sont modifiés régulièrement, pour deux raisons. D'une part, les données économiques sont fabriquées par les économistes eux-mêmes et les concepts perdent de leur pertinence avec le temps. On ajoutera à cela que l'Union européenne est financée en partie par un impôt basé sur le revenu national où, donc, l'élaboration des comptes devient un enjeu économique majeur.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Retraites : l'état du débat

12/05/2003

Évaluer l'avenir des retraites oblige à effectuer des projections sur longue période, même s'il est impossible de prévoir en toute rigueur quelle sera la situation économique et sociale dans 40 ans. Il existe cependant une certaine convergence des diagnostics qui, grosso modo, indiquent que la France a le choix entre trois stratégies. En mai 1999, la publication du Rapport Charpin, issu d'une commission de concertation entre partenaires sociaux et administrations, réunie à la demande du Premier ministre, a relancé le débat sur l'avenir du système des retraites.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Les dépenses de santé

12/05/2003

La "consommation médicale totale" française est bien supérieure à celle du revenu, ce qui conduit mécaniquement à une déformation de la structure des budgets en faveur des dépenses de santé, bien qu'on note un infléchissement de cette tendance pour 1996 et 1997. Bien sûr, on retrouve cet accroissement - absolu et relatif - dans le fameux " trou de la Sécu ". Quelles réformes proposer à un système français hybride, caractérisé par une couverture presque totalement socialisée de la demande mais dans le même temps confrontée à une offre en partie libérale ?

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
Le budget européen

12/05/2003

Instaurée en 1988, la programmation budgétaire pluriannuelle au niveau communautaire est allée de pair avec la montée en puissance de la ressource PNB qui assure en 1999 près de la moitié des ressources propres de l'UE. Cette évolution entérine le repli des ressources propres traditionnelles (droits de douane et prélèvements agricoles), rendu inévitable par la libéralisation des marchés internationaux. Elle permet aussi de mieux asseoir l'apport de chaque pays européen sur sa capacité contributive que ne le fait la contribution TVA, qui représente encore un gros tiers des ressources propres. Mais la procédure de programmation est aujourd'hui à bout de souffle parce qu'elle devient le lieu principal d'expression des conflits d'intérêt supposés entre gouvernements. Les contributions nationales marginales à ce budget, qui permettent de l'équilibrer annuellement dans le cadre du plafond prédéterminé, sont considérées comme des charges par les États soumis à la discipline du pacte de stabilité. Le dispositif actuel fait du budget communautaire le bouc émissaire des autorités budgétaires nationales.

Lire la suite…

vignette-defaut.jpg
La réduction du temps de travail

12/05/2003

Une des conditions des 35 heures, clairement posée et pratiquement acceptée par tous, est le maintien de la compétitivité des entreprises. La hausse de leur coût de production provoquée par la réduction du temps de travail est résorbée, au moins en partie, par les aides financières, par les gains de productivité induits et par la modération salariale. Réduire la durée du travail ne se limite pas à résoudre une certaine équation économique mais suppose aussi une volonté affichée quant à l'application de la loi limitant le temps de travail.

Lire la suite…